Pratique martiale

tkd-itf
BIENFAITS-1
Le taekwon-do ITF

Le taekwon-do est un art martial d’origine coréenne conceptualisé par le général Choi Hong Hi (1918-2002) en 1955. Littéralement, le terme « tae » signifie sauter ou voler, donner un coup de pied ou écraser avec le pied. « Kwon », quant à lui, traduit l’utilisation du poing : généralement pour frapper ou briser avec la main ou avec le poing. Le « do », quant à lui, veut dire l’art ou la voie, celle construite et pavée par les saints et les sages des temps passés (Choi, 1983). Le nom « taekwon-do » peut donc se traduire par l’entrainement unifié du corps et de l’esprit, inscrit à l’intérieur d’une méthode d’autodéfense. Son but est de décourager ou mettre un frein à toutes formes d’agression qui peut provenir d’un ou plusieurs adversaires.

 

 

Du point de vue social

  • Accrois le renforcement de valeurs saines et d’une conduite morale équilibrée
  • Améliore le rapport entre les individus

Du point de vue mental et spirituel

  • Développe l’autodiscipline
  • Augmente la capacité de concentration
  • Améliore la gestion du stress et la canalisation des émotions
  • Renforce la confiance et l’estime de soi

Du point de vue physique

  • Représente un entraînement complet du corps
  • Améliore l’endurance cardiovasculaire
  • Renforce le tonus musculaire
  • Accrois la souplesse
  • Développe les réflexes et l’agilité
La méditation d'orientation focusing et la pratique martiale
genchoi_RL
Gén_Choi_Banf_Alb_Canada 2

Dans le cadre de son chapitre qui traite de la culture morale, le général Choi Hong Hi souligne les bienfaits de la méditation.  Il précise notamment que cette discipline contribue au développement de la tranquillité d’esprit de ses pratiquants. L’acte de méditer n’est toutefois pas abordé comme l’entend la tradition du bouddhisme ou du zen. Bien que l’aspect contemplatif soit considéré, la méditation représente davantage un moment de réflexion — en silence et dans l’intimité de ses pensées — où l’adepte martiale effectue le bilan de ses actions. Dans ce contexte, l’exercice méditatif est poursuivi dans le but d’une amélioration de leur conduite morale pour devenir de meilleures personnes.

Dans ce même esprit, le focusing rejoint cette perspective de la pratique méditative dont nous fait part le général Choi. En portant son attention sur le processus liant l'esprit et le ressenti corporel, cet acte de méditation conduit le pratiquant à revisiter certains épisodes de sa vie et à en comprendre plus profondément leur portée. Cette perspective méditative ouvre alors la possibilité de transformer leur regard à l’endroit de la situation qui fait l’objet de leur méditation, d’assainir leur pensée et atteindre une certaine tranquillité d’esprit. Outre son bienfait sur l’esprit, la méditation d’orientation focusing a également une incidence sur l’attitude du méditant. Sa pratique méditative le conduira à adopter une attitude bienveillante et altruiste, en face des enjeux qui se présenteront à lui.